La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne en 2018, à 2,7%

Publié le mercredi, 03 octobre 2018 18:58

500--314

(Togo Officiel) - La Banque mondiale a abaissé, dans un rapport publié le 3 octobre, ses prévisions de croissance économique pour l’Afrique subsaharienne à 2,7%, en 2018, contre une précédente estimation de 3,1%, en raison notamment de la croissance plus lente que prévu des grandes économies de la région.

« Le ralentissement de la reprise en Afrique subsaharienne s'explique par la lente expansion des trois plus grandes économies de la région, en l’occurrence le Nigeria, l'Angola et l'Afrique du Sud », a précisé l’institution.

« La baisse de la production de pétrole en Angola et au Nigeria a annulé l’effet de la hausse des prix du pétrole. En Afrique du Sud, la faible croissance de la consommation des ménages a été aggravée par une contraction du secteur de l'agriculture », a-t-elle expliqué.

Les économies des pays d’Afrique subsaharienne, qui avaient enregistré des taux de croissance élevés jusqu’en 2015, ont vu leurs performances baisser après la chute des prix des matières premières, depuis mi-2015.

En avril, la Banque mondiale avait prédit que la reprise économique de la région devrait s'accélérer en 2018, avec une croissance moyenne attendue de 3,1% sur l’ensemble de l’année en cours, contre 2,3% durant l’année écoulée.

L’économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique, Albert Zeufack (photo), a recommandé aux pays d’Afrique subsaharienne de cesser de gaspiller leurs ressources financières et d’améliorer leur productivité afin de soutenir la reprise économique dans la région.

« Les décideurs politiques de la région doivent se donner les moyens de gérer les nouveaux risques découlant de changements dans la composition des flux de capitaux et de la dette », a-t-il souligné.

Selon lui, la dette publique élevée, la dépréciation  des monnaies nationales et la hausse des taux d’intérêt pourraient compromettre la capacité de certains pays africains à assurer le service de la dette.

Actualités
La suite de l'actualité