Togo : le PM rappelle aux syndicats enseignants les efforts financiers consentis ces dernières années par l’Etat

Publié le vendredi, 12 janvier 2018 07:35

500--332

(Togo Officiel) - Comme annoncé le 04 janvier dernier, une rencontre s’est tenue ce jeudi 11 janvier entre le Gouvernement, les syndicats d’enseignants, le Conseil national du dialogue social, les partenaires en développement, les associations de parents d’élèves et autres acteurs du secteur éducatif, pour à nouveau échanger sur les préoccupations qui prévalent dans le secteur de l’éducation.

Le Premier Ministre, Komi Selom Klassou a d’entrée affiché la disponibilité de l’exécutif à de franches discussions. Il n’a pas manqué de rappeler les efforts consentis ces dernières années pour améliorer les conditions salariales et le régime indemnitaire des enseignants togolais.

Ainsi a-t-il fait savoir, les salaires des enseignants de toutes les catégories (A1, A2, B, C et D) connaissent une hausse depuis 2005. Il en est de même pour les mesures incitatives à la fonction enseignante. Les primes de rentrées et de bibliothèque, parties d’un montant de 120 000 francs CFA par an pour chaque enseignant, ont connu une augmentation de 10 000 francs CFA chaque année pour se stabiliser à 150 000 francs CFA pour chaque enseignant en 2015. En outre, de 10 000 FCFA en 2014, la prime d’incitation à la fonction enseignante est passée à 25 000 FCFA par mois en 2017 pour les enseignants de catégorie A et, dans le même temps, de 8 000 FCFA en 2014, elle se chiffre à 21 000 FCFA en 2017 pour ceux des catégories B, C et D.

S’agissant de la plateforme revendicative brandie cette année par les enseignants, le PM a noté qu’elle concerne des points déjà satisfaits ou en cours de l’être. Aussi, Komi Selom Klassou a-t-il invité les syndicats enseignants à la culture des valeurs vertueuses de patience, d’objectivité et de conscience.

Il annonce dans la foulée la création d’ici la semaine prochaine d’un nouveau cadre de discussions pour « construire une stratégie globale où seront intégrés et pris en compte tous les besoins du secteur ».

Actualités
La suite de l'actualité